CHIRURGIE VULVAIRE

Anatomie


Sur le plan anatomique, la vulve désigne l'ensemble des organes génitaux externes de la femme.

Divisée en deux par une fente médiane, ou fente vulvaire, elle comprend :

  • les grandes lèvres et les petites lèvres (ou lèvres intimes), qui protègent l'entrée du vagin
  • l’hymen
  • le clitoris, l'organe érectile féminin, et son capuchon
  • le périnée (région entre l’orifice vaginal et l’anus)
  • le méat urinaire (orifice de l’urètre)

Quel type de chirurgie vulvaire existe ?


Certaines pathologies peuvent nécessiter une intervention chirurgicale vulvaire telles qu’un cancer, une infection (bartholinite aigüe, abcès vulvaire), une tumeur bénigne (kyste douloureux ou volumineux).

Il existe des grandes variations anatomiques, qui peuvent parfois être à l’origine d’une gêne en cas d’hypertrophie labiale (petites lèvres proéminentes). Dans certains cas une nymphoplastie peut-être proposée.

Chaque année, les mutilations de la vulve touchent 3 millions de femmes dans le monde. Parmi ces mutilations figure l'excision, qui consiste à retirer la totalité ou une partie du capuchon du clitoris, du gland et des petites lèvres chez une jeune fille pour l'empêcher d'accéder au plaisir et contrôler son comportement sexuel – des violences qui vont à l'encontre des droits humains fondamentaux et sont donc strictement interdites par la loi.

CHIRURGIE VAGINALE

La chirurgie par le vagin (appelée aussi par les voies naturelles ou par voie basse) permet de réaliser un grand nombre d’interventions : conisation, hystéroscopie, ablation de l’utérus (hystérectomie), opération pour incontinence urinaire ou descente d’organes, vaginoplastie, cancer du vagin. Elle est, comme la cœlioscopie, une voie d’abord mini-invasive avec l’absence de cicatrice visible, une récupération précoce et une hospitalisation courte.

Quel est le type d’anesthésie est utilisée ?


Tout dépend de l’intervention, du choix de la patiente et de l’anesthésiste. Une chirurgie vaginale peut être réalisée grâce à une anesthésie générale, loco-régionale (péridurale, rachi-anesthésie en injectant un anesthésique dans le dos ou en anesthésie périnéale) voire locale (en injectant directement sur le site d’intervention).

Est-on confortable après une chirurgie vaginale ?


La chirurgie vaginale permet le plus souvent d’obtenir des suites opératoires très peu douloureuses. Certains actes permettent même une chirurgie ambulatoire (entrée et sortie le même jour) : conisation, hystéroscopie. Pour les interventions de chirurgie vaginale plus importantes (ablation de l’utérus, opération pour incontinence urinaire ou descente d’organes.), la voie vaginale offre les mêmes conforts que la cœlioscopie : les patientes se lèvent le lendemain de l’intervention et sortent rapidement de l’hôpital. Un traitement antalgique simple est en général suffisant. Certaines situations permettent une prise en charge en ambulatoire grâce aux techniques anesthésiques de récupération rapide (RRAC ou Récupération Rapide après Chirurgie).

BESOIN DE RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES ?

Vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur une des prestations proposées.

CONTACTEZ-NOUS

Lieux de consultations et interventions chirurgicales

CENTRE LEHENA
4, bis Avenue de Verdun
64200 BIARRITZ
Clinique BELHARRA
2, Allée du Dr Lafon
64100 BAYONNE